Comment choisir ses extraits végétaux.

Connaître le principe actif

En phytothérapie, que ce soit pour le ginseng, le ginkgo biloba, l’épinard, la betterave ou tout autre végétal, la première chose à savoir pour comment bien choisir ses extraits végétaux, c’est d’identifier la qualité et la concentration d’une préparation est d’en connaître le principe actif (molécule qui dans un médicament possède un effet thérapeutique) et le pouvoir médicinal de ce dernier. Il vous faut aussi savoir ce que vous recherchez et attendez de la plante et si elle est capable de satisfaire votre besoin. Quand on recherche un bon extrait, on recherche par le fait même un fort taux de concentration en principe actif d’excellente qualité.

Choix des poudres

Vous voulez vous protéger des maladies cardiaques et du cancer, vous pensez alors au bleuet et à ses anthocyanes. Votre problème est l’infection urinaire, vous vous tournez alors vers les produits de canneberge pour ses pro-anthocyanes. Vous voulez augmenter vos performances sexuelles et vous recherchez des sources végétales pouvant interférer sur le côté psychique et émotionnel, c’est du ginseng, du gingko ou encore du maca que vous rechercherez. Si de ce côté tout va et que votre problème est physique, c’est peut-être le nitrate qu’on retrouve en forte concentration dans les épinards et/ou le jus de betteraves qu’il  vous faut.

Types de poudres

La qualité des poudres médicinales est primordiale pour leurs efficacités santé.

Les produits sous forme de poudre se présentent soient comme un simple produit séché ou encore comme un produit normalisé. Dans le cas des poudres séchées non normalisées, les entreprises ne donnent pas toutes le ratio fruit entier/ poudre de fruit.  Exigez cette information car la concentration est, pour ce type de produit, ce qu’il y a de plus important. Par exemple, une poudre de canneberge ayant une concentration 4 :1 a nécessité 4 kilos de fruit frais pour produire 1 kilo de poudre. La poudre de canneberge employée dans le PC Pacran + B Formule Urinaire est de 50 :1, soit 50 kilos de fruits frais par kilo de poudre. Il en existe même à des ratios plus élevés. Nutra Canada, une entreprise de Champlain, Québec, fabrique des poudres ayant des concentrations allant jusqu’à  125 :1. Il est évident que lorsque que l’on met 1 gramme de poudre 50;1 dans un produit, on retrouve plus ou moins 12 fois plus de principe actif que si on avait utilisé une poudre à concentration 4 :1. Poudres de qualité égales bien sûr. Celle du bleuet sauvage employée par Phytonutriment Canada est de 12 :1. Il est donc très important pour les poudres de vérifier leurs concentrations.

Qualité des poudres et concentration en principe actif

Dans le cas des produits de canneberge par exemple, rien n’oblige le manufacturier de produit de santé naturel à mentionner si les pépins, la pulpe et la pelure font partie de la poudre employée.  Les pépins de certaines de ces poudres alimentaires ont pu être retirés pour en faire des extraits.  Leur pelure l’aura peut-être été pour en extraire les pro-anthocyanes ou pour en faire des teintures naturelles. Enfin, quand on sait que la majorité des antioxydants et autres principes actifs se retrouvent en majorité dans pelure et la pulpe des fruits et des légumes, ne pas les utiliser dans la poudre les dénaturent partiellement.  Il est donc évident que les pouvoirs médicinaux d’une poudre faite à partir de jus au lieu du fruit entier peuvent en être grandement affectés ne bénéficiant pas des phytonutriments, minéraux et autres substances bénéfiques que l’on retrouve en majorité dans la pulpe, les pépins et la pulpe.  Il est donc important de vérifier si les poudres sont faites de fruits entiers.

Extraits normalisés

Dans le cas des extraits normalisés comme ceux qu’emploie Phytonutriment Canada, c’est un peu différent. Un % précis de principe actif est assuré. Pour le ginseng qui entre dans la composition du PC Cereboost + B Formule Cérébrale, il est fabriqué avec de la feuille de Ginkgo biloba.  L’extrait employé est normalisé à raison de 22-27% de flavoglycosides et de 5-7% de terpéno-lactones , les deux principes actifs du gingko biloba qui agissent sur la mémoire, les fonctions cognitives et sur la circulation périphérique. Ceci veut dire que pour chaque gramme de poudre on garantit un contenu de 220 à 270 milligrammes de flavoglycosides et de 50 à 70 milligrammes de terpéno-lactones.

Les poudres et autres produits normalisés sont évidemment plus dispendieux que les ceux qu’ils ne le sont pas. Les prix d’une bonne poudre de ginkgo biloba avec une concentration 4 :1 achetée en vrac peut varier de 25$ à 50$ le kilo. La même poudre de ginkgo normalisée à 22-27% de flavoglycosides et de 5-7% de terpéno-lactones coûte entre 225$ à 350$ le kilo.  Une poudre de bleuet sauvage normalisée coûte entre 350$ et 650$ le kilo.

Dans quelques rares cas, certaines de ces poudres ont été l’objet d’essais cliniques (sur les humains) et elles ont démontré avec succès leurs bienfaits physiques. C’est  le cas des poudres fabriquées par Naturex employées par Phytonutriment Canada. Pour sa Formule Urinaire, son ossature principale est la poudre Pacran (lien avec fiche).  Pour la formule Prostate, c’est la poudre Flowens (lien avec fiche).  Pour la formule Cérébrale, Phytonutriment Canada emploie la poudre Cereboost (lien avec fiche).  Naturex est une entreprise française et est le leader mondial de ce type de produit.  Il est compréhensible que le prix des poudres de fruits et/ou de légumes qui passent avec succès des essaies cliniques soit conséquent.

Pour ce qui est des poudres et du jus de bleuets sauvages employées par Phytonutriment Canada, elles ne sont pas normalisées. Cependant, on connait même le champ d’où les fruits proviennent. Les bleuets sauvages poussent et sont transformées au Saguenay-Lac St-Jean dans les usines du même producteur qui détient une licence d’établissement de Santé Canada.  La poudre est faite de fruits entiers (pelure, pulpe, pépins, jus) selon une méthode qui permet de garder le maximum de ses phytonutriments dont ses très précieux anthocyanes et proanthocyanes.  Nous pouvons ainsi en garantir la qualité. Pour les autres poudres que nous offrons, ce sont parmi sinon les meilleures qui sont disponibles sur le marché. Nos fournisseurs sont mondialement renommés et chaque produit offert possède sa fiche technique.

Parfait exemple, les poudres de canneberge pour lutter contre les infections urinaires

Poudre de canneberge

Même si relativement efficace dans le cas des fruits entiers frais ou congelés, les traitements à base de canneberge sont pour la plupart rapidement abandonnés. Pour ce qui est des cocktails de canneberge, leur faible concentration en produit de canneberge demande une telle consommation qu’en pratique ils sont très discutables. C’est sans compter tout le sucre et additifs que l’on retrouve dans ces préparations.  Pour ce qui est des jus pur à 100% et d’une partie importante des poudres employés dans certains produits de santé naturels, ils ne sont pas faits de fruits entiers et c’est peut-être une raison qui fait que les traitements à base de canneberge sont si souvent remis en question.

On sait maintenant que les proanthocyanes  sont en grande partie responsables de l’effcacité de la canneberge américaine à aider à se prémunir des cystites. Par contre, il y a beaucoup d’autres molécules actives dans le fruit qui, sans être encore scientifiquement démontré, font probablement partie du processus de protection.  La méthode industrielle de faire les jus est la suivante:   On prend les fruits et on les presse.  Par la suite, on filtre le jus ou on le centrifuge pour en soustraire la pulpe et les pépins.  Les résidus s’appellent communément pomace.  Ne reste que le jus sans sa pelure, ses pépins et ses pulpes.  Par la suite, on vend les pépins pour en faire des huiles et la pomace pour plusieurs fins possible dont celle d’en extraire ses polyphénols, dans le cas de la canneberge, les proanthocyanes.  Enfin, la majorité des poudres industrielles sont faites avec le jus.

Que reste-t-il dans le jus de canneberge industriel et dans ces poudres faites à partir du jus (grade alimentaire et non nutraceutique) sinon des quantités nettement réduites des phytonutriments nécessaires à aider à se prémunir des infections urinaires ?

Phytonutriment Canada

You cannot copy content of this page