Busserole (Arctostaphylos uva-ursi) cousine de la canneberge

Généralités

Le nom de la busserole lui vient du provençal bouisserolo, qui désigne le buis.  Son nom botanique, Arctostaphylos uva ursi signifie « raisin d’ours », car les ours raffolent des baies de cet arbuste. La busserole est très proche de de la canneberge macrocrapon, du bleuet sauvage ou de la myrtille.  Au XVIe siècle, l’école de Montpellier a vanté les propriétés de cette plante comme diurétique, dissolvant des petits calculs et désinfectant des voies urinaires. On déchanta au XVIIIe siècle, probablement par suite de quelques erreurs d’emploi.  Dès lors, la busserole n’intéressa plus personne. C’est le succès de la canneberge qui a provoqué son retour en grâce.  Plusieurs équipes de chercheurs ont en effet prouvé sa réelle efficacité sur les problèmes de la sphère urogénitale, comme antiseptique et bactériostatique (empêchant les bactéries de se développer et de se coller sur les parois de la vessie).  Ils ont découvert que le principe actif de la busserole, l’arbutine, est métabolisé dans les voies urinaires, où il se dégrade en glucose et en hydroquinone, substance très proche du phénol, un puissant antiseptique.  Autrement dit, la plante libère son principe anti-infectieux exactement là où il est requis, ni en aval ni en amont.

La busserole : cousine de la canneberge

La canneberge, cousine de la busserole

Traditionnellement, la busserole est employée, comme la canneberge, pour soigner les inflammations des voies urinaires : cystite, inflammation du bassinet et du rein, inflammation de l’urètre consécutive à une blennorragie, hypertrophie de la prostateaccompagnée de pus dans les urines, colibacillose…  On l’emploie parfois pour résoudre les problèmes d’incontinence et de rétention d’urine et, encore plus rarement, pour traiter la diarrhée et les pertes blanches.  Ce sont les feuilles – plutôt coriaces – qu’on utilise. Il faut simplement les cueillir durant l’été et les faire sécher pour les préparer en décoction afin d’extraire leur principe actif : l’arbutine.

Enfin étudiée sérieusement

Les indications thérapeutiques de la busserole étaient jusqu’ici admises mais pas prouvées.

À cuisiner et à… fumer

Les chercheurs se sont jusqu’ici surtout intéressés aux propriétés antiseptiques de la busserole, mais ont-ils tout découvert? Rappelons-nous que les Amérindiens consommaient les baies de busserole dans les bouillons et les soupes, en les faisant cuire avec de la viande et surtout, qu’ils employaient les feuilles séchées avec du tabac et d’autres plantes à fumer dans leur calumet de paix.  Ils croyaient que la busserole avait le pouvoir de calmer les esprits, de clarifier les idées et de favoriser l’entente entre les peuples.  Voilà qui nous serait bien utile.

Posologie

  • Infusion (feuilles) :20 à 30 g par litre d’eau, prendre trois à quatre tasses par jour. En état d’accoucher, 30 g par litre d’eau, et prendre trois à quatre tasses par heure.
  • Décoction :10 à 15 g par litre d’eau. On amène à ébullition puis on laisse cuire à petits bouillons pendant une demi-heure. Les tanins peuvent causer de l’irritation gastrique, donc à utiliser seulement à court terme, ou ajouter des feuilles de menthe à la décoction, ou encore mélanger la décoction à parts égales avec une infusion de camomille. En prendre deux ou trois tasses par jour.
  • Teinture mère :  80 à 90 gouttes par jour. À utiliser sur une courte durée.
  • Poudre :  de 2 à 8 g ou en gélules dosées à 250 mg. En prendre 4 à 6 par jour en cure sur 15 jours et de 1 à 2 par jour en préventif, entre les repas. 

UTILISATION INTERNE

Inflammations des voies urinaires, incontinence et rétention d’urine, lithiases urinaires, diarrhées, dysenterie, entérocolites, hématuries, ménorragies, hémoptysies, leucorrhées.

UTILISATION EXTERNE

En cosmétique, pour atténuer les imperfections et les taches cutanées dues à un excès de mélanine. L’extrait de busserole a une action régulatrice sur la formation de la mélanine.

INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES

La feuille de busserole est un diurétique et un antiseptique urinaire. Elle est astringente et fonctionne comme un sédatif. Elle est utilisée pour désinfecter l’appareil urinaire en cas de cystite aiguë ou chronique, dans le cadre d’une urétrite, d’une néphrite ou de pyélite. Elle permet de prévenir les cystites récidivantes. Elle atténue les sensations de brûlure lors de la miction ainsi que les symptômes de l’incontinence ou de la rétention urinaire. Elle traite et prévient la lithiase rénale et la colite néphrétique.

AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES

La busserole a des propriétés antibactériennes.  Elle peut être utilisée pour traiter la diarrhée et les pertes blanches. Elle a une réelle efficacité sur les problèmes liés à la sphère urogénitale.  L’arbutine présente dans ses feuilles n’est métabolisée que dans les voies urinaires. C’est là qu’elle se dégrade en glucose et en hydroquinone. Ainsi, la busserole libère son principe actif exactement là où il est nécessaire, ni avant ni après.

La busserole est également utilisée en cosmétique sous forme d’extrait. Ce dernier a la propriété de réguler la formation de mélanine et permet donc d’équilibrer la coloration de la peau. L’extrait de busserole est utilisé pour atténuer les imperfections de la peau ou du teint.

Histoire de l’utilisation de la busserole en phytothérapie

On trouve la busserole essentiellement dans les régions circumpolaires, dans les latitudes nord, en haute altitude. La première mention écrite de la busserole date du XIIIe siècle et se trouve dans un herbier gallois. François Rabelais en connaissait les vertus pour lutter contre les maux de reins ou de la vessie. Dès le XVIe siècle, cette plante est utilisée en France pour la dissolution de petits calculs urinaires. Les Indiens d’Amérique l’utilisaient également pour lutter contre certains troubles urinaires, pour soigner plusieurs maladies vénériennes et contre l’obésité.  Selon Marco Polo, les Chinois l’employaient comme diurétique, mais aussi pour soulager les personnes souffrant de problèmes urinaires. Quant aux colons américains, ils en firent usage contre les néphrites.

Description botanique de la busserole

La busserole est un arbuste en forme de coussin. Il pousse facilement sous les climats froids et ensoleillés, sur n’importe quel type de sol. Ce buisson à longues tiges rampantes peut atteindre de 15 à 30 cm de haut. Les feuilles sont persistantes, ovales et ont une couleur vert foncé brillant. Les petites fleurs en forme de grelot sont blanches ou roses alors que les baies deviennent écarlates à maturité, entre juillet et octobre. Les ours adorent ces baies, d’où le nom de “raisin d’ours” parfois donné à la busserole.

rmadison / Pixabay

Composition de la busserole

PARTIES UTILISÉES

C’est essentiellement la feuille de busserole qui est utilisée ; celle-ci est riche en arbutoside, un antiseptique urinaire. Les feuilles sont récoltées en fin d’été, avant d’être mises à sécher pour pouvoir en extraire le principe actif.

PRINCIPES ACTIFS

Glucosides phénoliques, arbutines (jusqu’à 17%), tanins galliques et éllagiques ; flavonoïdes ; triterpènes pentacycliques ; allantoïne ; iridoïdes.

Utilisation et posologie de la busserole

 

DOSAGE

– En infusion : 20 à 30 g de feuilles par litre d’eau. Il est recommandé de boire de 3 à 4 tasses par jour.  Pour les femmes prêtes à accoucher, 30 g de feuilles par litre d’eau et prendre de 3 à 4 tasses par heure.

– En décoction : 10 à 15 g de feuilles par litre d’eau amenée à ébullition puis que l’on laisse cuire à petit bouillon durant une demi-heure.

– En teinture mère : de 50 à 90 gouttes par jour, sur une courte durée.

– En poudre : de 2 à 8 g ou bien en gélules dosées à 250 mg.  Sur une cure de dix jours, prendre de 4 à 6 gélules ou doses entre les repas.  Une ou deux doses par jour en traitement préventif pendant dix jours et tous les deux mois.

Précautions d’emploi de la busserole

Il y a quelques contre-indications et effets indésirables que l’on doit prendre en compte avant de consommer de la busserole.

CONTRE-INDICATIONS

La consommation de busserole est fortement déconseillée pour les femmes enceintes, car il y a un risque d’accouchement prématuré, ou durant la période d’allaitement.  Elle est également à proscrire lors d’une infection ou d’une insuffisance rénale. Elle ne doit jamais être consommée par des enfants de moins de douze ans. On déconseille de faire des cures de plus de dix jours et il faut se limiter à cinq cures par an au maximum.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les tanins pouvant causer une irritation gastrique, il est recommandé d’ajouter des feuilles de menthe à la décoction. Certains effets secondaires peuvent apparaître comme des troubles gastriques, des nausées ou des vomissements. Les urines peuvent également se colorer en vert-brun.

INTERACTIONS AVEC DES PLANTES MÉDICINALES OU DES COMPLÉMENTS

La busserole ne doit pas être associée avec des jus de fruits acides tels que les agrumes ou les pruneaux.

Interactions avec les médicaments

Il ne faut pas associer la busserole avec des médicaments acidifiant les urines.

Avis du médecin

DES BIENFAITS RECONNUS

La busserole est reconnue pour sa réelle efficacité sur différents problèmes de la sphère urogénitale. C’est un antiseptique et un bactériostatique efficace.  Depuis le Moyen Age, elle est reconnue pour avoir une action diurétique et antiseptique naturelle sur les voies urinaires. L’arbutine contenue dans les feuilles tue les bactéries de l’urine. En association avec la bruyère , la busserole apporte un réel bien-être, un apaisement des voies urinaires et permet de soulager efficacement une crise de cystite.

AVERTISSEMENT

Pour être pleinement efficace, la busserole doit être consommée lorsque les urines sont alcalines. C’est pourquoi elle ne doit pas être associée à des jus de fruits ou des aliments acides. Elle est plus active si l’on adopte un régime alimentaire pauvre en viande, sans agrumes et associée avec la consommation d’une eau riche en bicarbonate de sodium. Il est également recommandé de boire beaucoup durant le traitement (au moins deux litres d’eau par jour). Dans tous les cas, il est conseillé de consulter un médecin ou un pharmacien et de respecter les doses indiquées.

La recherche sur la busserole

Les chercheurs se sont surtout intéressés à la busserole pour ses propriétés antiseptiques. Le macérat de busserole permettrait également d’atténuer les taches et les imperfections cutanées en clarifiant la peau. Lorsqu’elle est mélangée avec de l’huile de chanvre, elle pénètre dans la peau et agit sur les quantités excessives de mélanine. 

 Usage(s) ou fin(s) recommandés Énoncé(s) précisant ce qui suit :

  • Utilisé traditionnellement en phytothérapie/herboristerie comme diurétique léger pour aider à soulager les symptômes associés aux infections mineures des voies urinaires, tels la sensation de brûlement et/ou les mictions fréquentes (BHP 1983; Grieve 1971; Felter 1922; Ellingwood 1919; Felter et Lloyd 1898).
  • Utilisé en phytothérapie/herboristerie pour aider à soulager les symptômes associés aux infections mineures des voies urinaires, tels la sensation de brûlement et/ou les mictions fréquentes (EMEA 2012a; Godfrey et Saunders 2010; Hoffman 2003). Nota Une allégation pour un usage traditionnel doit inclure les termes « phytothérapie/herboristerie ».

Précaution(s) et mise(s) en garde

  • Si les symptômes persistent ou s’aggravent, consulter un praticien de soins de santé.
  • Préparations contenant ≥ 60 mg de feuilles séchées et/ou préparations contenant ≥ 20 mg d’arbutine anhydre par jour Si vous avez un trouble du foie, de la fièvre, des mictions douloureuses (dysurie), des spasmes, ou du sang dans l’urine, consulter un praticien de soins de santé avant l’utilisation (EMEA 2012a; Duke 2002; Newall 1996). Contre-indications(s)
  • Si vous êtes enceinte ou allaitez, ne pas utiliser ce produit (EMEA 2012; Brinker 2012; ESCOP 2003; WHO 2002; Brinker 2001; Blumenthal 2000; Mills et Bone 2000; Bradley 1992)

Sources: Santé Canada, monographie de la busserole

Passeport Santé

Wikepedia

Différentes lectures

You cannot copy content of this page