Santé sexuelle

Bien-être physique, mental et social

La santé sexuelle est un état de bien-être physique, mental et social dans le domaine de la sexualité. Elle requiert une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, ainsi que la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui soient sources de plaisir et sans risque, libres de toute coercition, discrimination ou violence. (Organisation Mondiale de la Santé -OMS).

Bien-être physique, mental et social.  Ce n’est donc pas à une cassure du fémur ou à une infection urinaire qu’on soigne en immobilisant le membre ou encore en prescrivant des antibiotiques qu’on a affaire.  Pour que ça fonctionne, il faut que le physique et le psychique aillent de pair.  C’est une parfaite symphonie esprit /corps qu’on recherche.

Les troubles de la dysfonction sexuelle peuvent être causés par des troubles reliés au désir qui se caractérise par un manque ou une absence d’appétit sexuel. La frigidité peut être générale et peut durer toute une vie. Les causes varient considérablement, mais elles incluent une possible baisse dans la production d’œstrogène chez la femme ou de testostérones chez l’homme mais aussi chez la femme.

Il faut donc regarder le problème sur deux aspects soient celui du psychique et celui du physique qui sont en fait deux aspects du problème totalement différents.

Aspect mental /Désir sexuel

Stimuli et désir sexuels

Pour que des relations sexuelles soient possibles, il faut d’abord un ensemble de stimulus. Ces derniers sont différents pour chacun.  Pour certaines et certains, les parfums, les roses et la romance sont des éléments très importants tandis que d’autres préfèrent les films pornos.  La définition de la santé sexuelle de l’organisation mondiale ne convient pas à chacun car certains ont besoin d’un coup de fouet ou encore d’être humiliés pour connaitre le bonheur recherché et enfin l’orgasme.  Certains et certaines seront fidèles toute leur vie tandis que d’autres préféreront avoir plusieurs partenaires.  Enfin, la liste est interminable et nous ne portons aucun jugement à savoir si certains comportements disons “hors normes” sont ou devraient être socialement acceptés.  Selon le Très Honorable Trudeau père lorsqu’il était Premier Ministre: “On n’a pas d’affaires dans la chambre à coucher des canadiens” et nous suivons ses directives.

Une fois l’ensemble de stimuli présent, encore faut-il que l’esprit soit dans un état pour les transformer en désir sexuel. Par exemple, il est vendredi après-midi et vous avez prévu un souper d’amoureux et une nuit d’enfer avec votre favorite. Vous êtes tellement stimulé que vous en oubliez le travail pour ne penser qu’à ce soir. Vous apprenez  par contre à 16h00 que votre poste est coupé et que vous perdez votre emploi.  Il n’y a probablement aucun sexologue,  psychologue, psychiatre, substance aphrodisiaque (maca, ginseng 5 étoiles, gingembre, gingko biloba, etc.), drogue (cannabis, cocaïne, extassy, etc.), médicament (Viagra, Cialis, Levitra, etc.) ou aide au physique (poudre de betterave, d’épinard, de céleri, etc.) qui pourront ramener votre désir sexuel.  On dit alors que votre problème est dans la tête.

Tous ces aspects relèvent des psychiatres, des sexologues, des médecins et autres spécialistes de ce type de problèmes et ne sont pas de nos compétences. Ils ne seront donc pas abordés.

Conséquences de la stimulation sexuelle chez la femme et chez l’homme

Autant pour l’homme que pour la femme, la stimulation sexuelle (mentale) a pour effet de libérer tout un ensemble de substances chimiques (physique) qui dirigent le flux sanguin dans les organes génitaux.

Chez l’homme (mais aussi chez la femme/clitoris), cet afflux sanguin est dirigé vers le corps caverneux, à l’intérieur du pénis. C’est cet afflux sanguin qui pénètre et qui est retenu dans le corps caverneux qui crée l’érection. La stimulation sexuelle provoque la libération du monoxyde d’azote (NO), qui est un des principaux médiateurs à l’origine d’une érection.

Chez la femme, le clitoris possède une vascularisation qui le rend érectile. C’est également l’organe le plus sensible qu’on puisse trouver chez la femme.  Lorsqu’il est stimulé (aspect mental), il déclenche une ouverture et une lubrification du vagin et à la congestion des organes (aspect physique) lorsque l’organisme se prépare au rapport sexuel.

Aphrodisiaques et drogues tel le cannabis pour amplifier les stimuli sexuels

Maca, ashawganda, artichaut, rhodiole, gingembre, tous des aphrodisiaques reconnus

Un aphrodisiaque est défini comme toute nourriture ou drogue qui suscite l’instinct sexuel et augmente le plaisir et la performance.  L’utilisation de certains végétaux et aussi de certaines substances animales tels le bois de velours et les cornes de rhinocéros sont reconnus pour stimuler les fonctions cérébrales sexuelles, existe depuis Adam et Ève. Vrai ou faux ? Tant qu’ils sont sans danger ou pris selon les recommandations de Santé Canada, c’est à vous seul de juger.  Pour nous, nous croyons qu’il n’y a pas de fumée sans feu et si les orientaux les utilisent depuis la nuit des temps, il y a certainement du vrai et certains d’entre eux sont certainement efficaces.  Par contre, ceci est notre propre jugement et nous ne ferons que donner certains faits sans les juger.  D’ailleurs, Santé Canada ne nous le permet pas.

Pour ce qui est de la position de Santé Canada face à ce type de produit, mise à part la maca pour laquelle elle permet la timide fin recommandée de Aide à soutenir les aspects émotionnels de la santé sexuelle”, elle ne reconnait aucun autre produit  efficace à  stimuler les fonctions libidos de l’humain.  Cependant, plusieurs produits reconnus par les asiatiques comme étant de fantastiques aides au bien-être sexuel sont acceptés par Santé Canada mais pour d’autres fins médicinales que celles d’aider au bien-être sexuel.  Tous les produits que nous offrons rencontrent les exigences de Santé Canada et sont acceptés pour leur vente mais pour d’autres fins que celles sexuelles.

Aphrodisiaques les plus connus :

Dans les cas ou le désir sexuel est bien présent et que l’individu n’a pas de problème nécessitants l’intervention des spécialistes en santé mentale, les aphrodisiaques pourraient aider à amplifier la réception des stimuli. Il en existe des dizaines sinon des centaines principalement dans la médecine traditionnelle indienne et chinoise.  La très grande majorité d’entre eux sont inconnus en occident et ne peuvent être vendus au Canada car non-acceptés (jamais présentés pour leurs approbation) et/ou non-acceptables pour des raisons de sécurité par Santé Canada.

Les artichauts contiennent des phytonutriments excellents pour la santé
L’artichaut est reconnu pour stimuler la libido

Par contre, plusieurs végétaux ayant des prétentions sur le désir sexuel sont vendus avec l’obtention d’une licence de mise en marché par Santé Canada mais pour des rôles médicinaux différents que ceux sexuels. Les principaux végétaux acceptés sont les suivants :

  • Ginseng panax : Stress mentale; stress physique, glucose
  • Ginseng 5 étoiles/ quinquefolius : glucose, nervosité, adaptogène,
  • Maca : aspects émotionnels de la santé sexuelle, antioxydants
  • Gingembre : nausées, vomissements, appétit, indigestions,
  • Artichaut : troubles digestifs, sécrétion de la bile
  • Ashwagandha : tonic régénérateur, aide-sommeil, mémoire, faiblesse générale
  • Cayenne : digestion, circulation périphérique
  • Fenugrec : coupures, brûlures, irritations
  • Gelée royale : antioxydant, tonique nutritif
  • Gingko biloba : fonctions cognitives, circulation périphérique
  • Rhodiole : adaptogène, stress, fonction cognitif

Les causes d’un affaiblissement de la libido chez l’homme

La testostérone est l’hormone responsable de la libido chez l’homme comme chez la femme. Pour que la testostérone favorise des performances, un intérêt et une satisfaction sexuels dignes de la jeunesse, il faut qu’elle soit librement disponible pour les sites récepteurs des cellules du cerveau. 90 % de la testostérone est produite par les testicules, le reste par les glandes surrénales. Dans les cellules du cerveau, la testostérone joue deux rôles.  Elle agit comme une hormone aphrodisiaque mais aussi comme une hormone anabolique dans le développement des os et des muscles squelettiques.  Les hommes vieillissants attribuent souvent la diminution de leur puissance sexuelle à une déficience en testostérone mais ce n’est pas le problème de base.  Le niveau de testostérone totale d’hommes âgés de 50 à 70 ans n’est pas très différents de ceux d’adultes plus jeunes.

Testostérones libres vs testostérones liées vs libido

Les testostérones ont donc deux fonctions, celle d’anabolique et celle de libido. Une partie de celles-ci se lient à la globuline sérique (protéine). En se liant à cette protéine, elle ne devient plus disponible pour les sites des récepteurs cellulaires qui induisent le désir sexuel. L’hormone qui contrôle les niveaux de testostérone libre est la sex hormone binding globuline (SHBG).  Lorsque la testostérone se lie à la SHBG, elle perd son activité biologique et devient une  testostérone liée.  Avec l’âge, la quantité de testostérone liée à la SGBH augmente au profit de celles qui ne le sont pas diminuant ainsi le désir sexuel.  Le déclin de l’intérêt pour le sexe qui intervient avec les années n’est donc pas dû à la quantité de testostérone produite mais plutôt à l’augmentation des liaisons de la testostérone avec la globuline à travers la SGBH.  Chez les hommes, un moyen simple et sûr d’augmenter leurs niveaux de testostérone libre est de prévenir sa conversion en excès d’œstrogènes.

Les causes d’un affaiblissement de la libido chez la femme

Après la ménopause, environ 15 % des femmes éprouvent une diminution importante du désir sexuel. On parle alors d’anaphrodisie, de manque de désir.  Les femmes sont plus concernées que les hommes. Elles seraient selon un sondage IFOP (2010) 53 % à être confrontées au manque de désir, 44 % pour ces messieurs.  La libido dépend des sécrétions d’hormones sexuelles.  Pour l’homme et la femme, la testostérone est au centre du mécanisme du désir.  Elle est produite par les testicules, les ovaires et les glandes surrénales.

Chez la femme, d’autres hormones interviennent soient les œstrogènes et la progestérone.  Les œstrogènes sont sécrétées au début du cycle menstruel et atteignent le sommet de la production juste avant l’ovulation ce qui augmente la libido.  Puis, c’est au tour de la progestérone (hormone favorisant la grossesse) d’être libérée et la libido tant vers la baisse.  Puis c’est le tour de la prolactine qui elle vient stimuler la production de lait au niveau de la glande mammaire qui abaisse aussi le désir sexuel.

Aspects physiques

Dans les cas où des problèmes subsistent (problèmes érectiles chez l’homme et de sécheresse vaginale chez la femme par exemple) quand toutes les conditions mentales sont réunies, que les taux de testostérones et d’œstrogènes sont normaux et que les neuraux transmetteurs font leurs travail, c’est le coté physique qu’on doit explorer.

Dysfonction érectile

La dysfonction érectile ou impuissance se caractérise par l’incapacité à développer ou maintenir une érection du pénis. Les causes peuvent  être psychiques tel que mentionné mais, contrairement au trouble de l’orgasme, la majorité des troubles érectiles chez les hommes sont physiques, particulièrement passé la cinquantaine. Elle peut être causée par une maladie cardiovasculaire chez les plus âgés souffrant d’athérosclérose et de maladies vasculaires qu’on rencontre chez des personnes souffrant de diabète sucré, d’artériopathie des membres inférieurs, d’hypertension et enfin, chez ceux qui fument et qui souffrent d’obésité.

La dysfonction érectile peut-être aussi causée par la prise de certains médicaments tels les antidépresseurs et ceux qui visent à réguler l’hypertension. Pour ces problèmes en particulier, nous vous suggérons d’en parler avec votre médecin traitant. Il est à noter que la dysfonction érectile est rarement causée par une déficience hormonale.

Fonctionnement des corps caverneux chez l’homme et chez la femme et leurs besoins en nitrate

Le corps caverneux est une boule spongieuse de petits nerfs entourés de vaisseaux sanguins que l’on trouve dans le pénis de l’homme et dans le clitoris de la femme. Chez l’homme, l’obtention d’une érection et de sensations optimales, et chez la femme, le plaisir sexuel et l’atteinte de l’orgasme, dépendent de son bon fonctionnement. Le corps caverneux devient actif lorsque, pendant les périodes d’excitation sexuelle, il s’engorge de sang.

Sources végétales de nitrate

Des chercheurs de l’Université de Kingston; Surrrey, Royaume-Uni, ont présenté une nouvelle méthode de chromatographie ionique, précise, fiable, qui permet de mesurer les teneurs en nitrate NO3 et en nitrite NO2 dans les produits alimentaires [The primary aim of this study was to develop a new accurate, reliable and robust ion chromatography].

Leur méthode de mesure des teneurs en nitrate et des teneurs en nitrite est appliquée à trois jus de légumes: les jus de betterave, de radis noir et de céleri, et à cinq poudres de légumes: les poudres de betterave, d’épinard, de céleri, de carotte et de tomate.

En moyenne, les résultats ont été les suivants:

Echantillons Concentration en nitrate NO3

[en mg kg-1]

Concentration en nitrite NO2

[en mg kg-1]

Jus de betterave 476 38
Jus de radis noir 799 Non déterminé
Jus de céleri 256 Non déterminé
Poudre de betterave 16478 79
Poudre d’épinard 28867 42
Poudre de céleri 717 11
Poudre de carotte 621 Non déterminé
Poudre de tomate 113 27

 

Les auteurs ont attiré l’attention sur la poudre d’épinard.  Alors que les résultats des mesures des concentrations en nitrate NO3 et nitrite NO2 dans le jus de betterave donnent lieu à des variations non négligeables quand, sur un même lot, les mesures sont répétées plusieurs fois par jour ou d’un jour à l’autre, les résultats des mesures de concentrations en nitrate NO3 et en nitrite NO2 de la poudre d’épinard sont, au contraire, remarquablement stables d’un contrôle à l’autre. (1)

Source (1) : Shah, I., Petroczy, A., James, R.A. and Naughton, D.P. (2013) Determination of nitrate and nitrite content of dietary supplements using ion chromatography. Journal of Analytical and Bioanalytical Techniques S12:003.doi:10.4172/2155-9872.S12-003

You cannot copy content of this page